[Review] Nos C(h)oeurs évanescents – Tome 3

Hey salut amigo. Comment ça va aujourd’hui ? Alors que l’heure d’hiver pointe bientôt le bout de son nez, je me dois d’affronter tous les caprices de la saison avec de la bonne lecture. Et pour se faire, je me console avec un manga que je raffole depuis déjà 2 tomes. Je parle bien évidemment de : Nos C(h)oeurs évanescents édité chez Akata

Tu viens plonger dans le bain de l’automne avec la suite de cette aventure amigo ? On est parti !

Synopsis – Tome 3

Mariko Ise fait partie de la chorale du collège. Depuis l’arrivée de Yukata, elle ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour lui. La rencontre entre ce dernier et Vladimir, jeune soprano russe de talent, pourrait bien le chambouler encore plus… Et si l’équilibre du groupe de chanteurs était en train de s’effriter ?

Mon opinion de lecture – Tome 3

Une fois encore, en se plongeant dans la lecture de ce nouveau tome, on a l’impression que les sons qui nous entourent vont sortir des pages. La pièce « le trou d’écrou » semble dégager une histoire assez sombre et Aoi semble avoir des difficultés à rentrer dans le rôle de son personnage.

Notre protagoniste finit par rencontrer Vladimir, une étoile montante, un jeune prodige qui fait semblant de mal comprendre le japonais alors qu’il parle la langue couramment. Il semble à l’aise durant les interviews, sait comment se comporter, dégage une forte personnalité. En confrontant Aoi, ce dernier va lui dire qu’il le trouve vide, qu’il n’a pas d’identité qui lui est propre. Ces derniers possèdent des points communs comme leur talent avec leur voix de salto. Vladimir est terrifié à l’idée de muer et de perdre ce qui a construit son parcours. Il compte bien profiter de chaque seconde de sa voix. Pour lui, chaque réveil est une bénédiction et chaque soir est comme une douce mort.

La mère d’Aoi aime profondément son fils et croit en lui de toutes ses forces. Elle ne cesse de le soutenir malgré ses interrogations, ses doutes et sa déprime sur le fait qu’il ne sait plus comment il faisait pour chanter auparavant. Dans ce tome, Aoi semble avoir perdu son insouciance.

Un tome bien plus bouleversant et psychologique que les précédents. La chorale du collège se perd, perdant de vue leur objectif commun. Cependant, ces derniers restent unis et continuent de s’apporter les uns aux autres.

Il me tarde déjà de lire la suite afin de poursuivre les périples émotionnels de tout ce petit monde. Les dessins sont un tour de force graphique qui stimule notre sens visuel et parvient à nous faire ressentir le vécu intimes des différents personnages… On se laisse subjuguer sur un long fleuve, pas si tranquille. 

Cette review touche désormais à sa fin et je te remercie de l’avoir lue. On se retrouve prochainement dans un nouvel article amigo. Pense à suivre le blog et reste à l’affût de mes réseaux sociaux pour te tenir au courant et ne rien rater !

Novaish. ©


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s