[Review] Nos C(h)oeurs évanescents – Tome 1

Hey salut amigo. Comment ça va ? Même si la fin de l’été approche, j’espère que ce dernier s’est bien passé pour toi. Le mois de septembre approche à grand pas et tu me connais si tu me lis depuis longtemps, j’adore te partager des trucs. C’est l’heure de te livrer ma toute dernière lecture manga : Nos C(h)oeurs évanescents édité chez Akata.

Ce manga est écrit par une autrice que j’ai eu l’occasion de lire, il s’agit de Yuhki Kamatani qui est également derrière l’œuvre Ėclat(s) d’âme où j’ai pu morceler mon avis sur les différents tomes sur le blog.

Prêt(e) à te plonger dans une histoire imbibée de poésie et dans un univers riche en couleur ? On est parti !

Synopsis – Tome 1

Yutaka Aoi est un jeune garçon particulièrement sensible et réservé. Introverti, c’est grâce à la musique et au chant qu’il s’ouvre aux autres. Aussi, en rentrant au collège, il souhaite intégrer la chorale. Avec sa voix d’ange très cristalline, il espère même devenir soprano. Mais tandis que la chorale manque de voix masculines, acceptera-t-on qu’il interprète une partie souvent confiée à des femmes ?

Mon opinion de lecture – Tome 1

Si je pouvais résumer ma lecture en un seul mot : douceur. Je pense que c’est la recette de Yuhki Kamatani. On est si rapidement transporté dans son univers. La poésie de l’œuvre est présente à chaque page et c’est un plaisir à découvrir. On se met dans la peau de Yutaka Aoi, un garçon hypersensible. Pour lui, le chant permet de s’ouvrir aux autres, de s’émerveiller sur tous les sons qui l’entourent et de canaliser un maelström d’émotion qui se mélange dans son esprit. Il vit chaque bruit comme une émotion.

Les notes de musiques qui traversent les pages nous emportent dans l’histoire. Une fois que qu’Aoi arrive dans son nouveau collège accompagné de sa mère, il entend une chorale dans un bâtiment en ruine. Ému face à toutes ces voix qu’il entend, il veut faire partie de la chorale. Sa voix de soprano est vue à la fois comme un talent tout comme un élément condamné à être perdu. L’ensemble des personnages s’accordent à lui dire qu’il doit profiter de sa voix avant qu’elle mue et que la puberté entre en jeu.

Il se fera difficilement accepté par certains membres lors de son entré au sein de la chorale. Cependant la pureté d’Aoi est simple à décrypter : il aime juste sincèrement chanter et s’abandonne à la disciple sans effort. Le chant est son univers, ça le rend heureux. Et le fait de lire toutes les émotions qu’il traverse m’ont un peu émue également.

A travers les pages où on le voit chanter, on imagine directement la voix cristalline qu’il doit avoir et on se laisse envouter par la mise en scène.

Chaque membre de la chorale a son importance. Chacun a des forces et des faiblesses. Chacun a une perception différente de la musique. J’ai vraiment aimé la métaphore des notes de musiques qui sont retranscrites en émotions.

Pour un premier tome, ce dernier est vraiment prometteur et j’ai hâte de te partager la suite. Je suis certaine que cette œuvre légère et remplie de douceur ne te laissera pas indifférente amigo. Comme d’habitude, je te remercie de me lire et on se retrouve prochainement dans un nouvel article. Pense à suivre le blog et reste à l’affût de mes réseaux sociaux pour te tenir au courant et ne rien rater !

Novaish. ©


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s